Translate

mercredi 9 mars 2016

http://www.niortmaraispoitevin.com/

mardi 19 janvier 2016

histoire du château de Cherveux sur radio D4B  

lundi 6 avril 2015



Visite du château le samedi et dimanche de 15h à 18h.
 Autres dates sur réservation au 0643469823

dimanche 22 mars 2015




XVIIIe siècle
  XIXe siècle


Le dernier chatelain, Jacques-André Ochier maria sa fille à Pierre- Abraham Allonneau qui
acheta la ferme (confisquée à la révolution à Marie-Félicité de Narbonne-Pelet, « émigrante »),  au gouvernement révolutionnaire et devint à son tour maire de Cherveux.

Les habitants avaient sauvé le château en suppliant qu’il ne soit pas démoli. Ils avaient besoin  de  « la source d’eau vive qui sourd au pied de l’une des tours, pour laver le linge les nippes et les hardes  et faire boire les animaux… » .Pierre Allonneau acheta la ferme et le château. Sur l’acte de vente l’Etat se réservait le droit de le démolir quand bon lui semblerait sans indemnité à l’acquéreur.


 Puis le maire se fâche avec son 1er adjoint, interdit l’accès dans la basse-cour. « Les habitans » (mémoire des habitans  contre le sieur Pierre Allonneau) menèrent un recours en justice pour conserver le droit sur l’eau.

Au final, après 15 ans de procédure, la justice donna raison à Pierre Allonneau, car il n’y avait pas, dans l’acte de vente, la mention de  servitude de passage entre la place publique et l’abreuvoir situé aux abords de la douve.
Le propriétaire fit démolir deux tours en 1886 (gravure ci-dessus), puis les étages du donjon, ainsi que les remparts de la haute-cour.

En 1892 le Conseil Général des Deux-Sèvres demanda le classement au titre des Monuments Historiques au ministre. Il fallut attendre le 16 septembre 1929. L'Etat n’avait plus besoin de l’accord du propriétaire.

samedi 2 août 2014

Le premier château de Cherveux n'était pas à son emplacement actuel. Mais dans un village qui se nomme Cherveux-le-Vieux... En fait le premier village jusqu'à la construction du nouveau château au XVe siècle. On y a retrouvé des sarcophages. Une ferme s’appelait "La Basse-Cour"... Ce qui laisse présager une "Haute Cour" comme il se trouve dans tous les châteaux-forts. Cette première construction date des Lusignans au 12e, 13e, 14e siècle. Mélusine construisait les châteaux en une nuit, en transportant les pierres dans sa dorne... et l'a détruit aussi rapidement, après le divorce avec Raymondin. Il appartenait, alors, à la fille de Hugues VI de Lusignan.

 Le château actuel fût construit ex-nihilo à partir de 1470 dans un nouvel endroit où l'eau stagne dans les couches argileuses (début de l'aire secondaire). Ce qui a permis de créer des douves, et de construire avec les pierres provenant d'une carrière calcaire située à 800 m au sud. Pour aller de la basse-cour dans la haute-cour, le pont enjambait les douves, et un pont-levis permettait de rentrer sous un porche situé au milieu du donjon (donjon-porte, comme Sigournais ou Le Rivau). Cette entrée fût modifiée quelques années après, car Louise Chenin (l'épouse de Robert Cunningham) ne souhaitait pas être importunée par les gardes au moment de la levée ou de la descente du pont-levis qu'il fallait bloquer et débloquer depuis sa salle de séjour située au dessus le porche... légende à rapprocher de celle de Mélusine...

 Ci-joint la photo de l'ancienne entrée refermée à la suite de la création de la nouvelle à l'ouest. On y aperçoit les emplacements des rainures pour loger les flèches du pont-levis, soigneusement rebouchées par des pierres. 2e photo, La nouvelle entrée est identique à la première, les rainures sont encore bien visibles.

mardi 4 mars 2014

www.facebook.com/ChateauDeCherveux